Alors Manosque ?

Parce qu’il est un festival qui vous semble parfait, que la vie y paraît plus douce, c’est toujours une grande tristesse de voir les Correspondances de Manosque toucher à leur fin. Car à Manosque la littérature sort de son carcan, s’expose en sa diversité aux derniers rayons de soleil d’un été qui s’attarde. Alors y écouter Gauz et Nii Ayikwei Parkes est un cadeau, Maya Michalon soumettre, avec superbe, à la question les fines Julia Deck et Joy Sorman est régal…

image

Et puis forcément les visages amis d’Olivia Rosenthal, Sylvain Prudhomme, Eric Vuillard, Nathalie Kuperman, Maylis de Kerangal ou Jean-Hubert Gaillot (pardon à ceux que j’oublie). Se laisser bercer par les voix d’Antoine Volodine, d’Emmanuel Carrère ou de Patrick Deville. Et une fin en beauté avec une rencontre magique entre Kaoutar Harchi et Marie Hélène (l’extraordinaire) Lafon.

image

Voilà pour les rencontres (un aperçu, du moins), alors que reste-t-il ? L’intensité des regards entre Noémie Lvovsky et Gaëtan Roussel lors de leur concert littéraire, la bulle Doisneau offerte par les maestros François Morel et Eric Caravaca, la fabuleuse leçon de lecture d’une Dominique Reymond s’appropriant Duras, la langueur des siestes accoustiques de la fine équipe Bastien Lallemant, Maëva Le Berre, Seb Martel, JP Nataf et Jil Caplan.

Et puis, bien sûr, ces deux moments, pour moi particuliers, d’offrir ma voix aux textes de Céline Curiol (avec Dagerman, Styron et Charles Juliet) et de Christian Garcin. Merci de votre confiance, merci pour vos textes si nécessaires et beaux.

Alors autre grand merci s’impose, aux écrivains et artistes généreux, aux éditeurs ravis « d’en être » qui les accompagnent, la super équipe des Correspondances, aux bénévoles à l’énergie incroyable jusqu’au bout de la nuit (au petit jour?), à Manosque la belle et ses habitants si avides de livres.

A l’année prochaine, sans doute aucun.

Evelyn, Fabienne, Valérie, Arnaud, Olivier, je vous aime de rendre tout cela possible.

A voix haute et jambes tremblantes

a voix

Pour la troisième année consécutive, le réseau social du livre Libfly.com, Libr’Aire l’association des libraires indépendants du Nord – Pas-de-Calais, le journal en ligne Mediapart, le réseau des librairies Initiales et les organisateurs des Soirées de la petite édition, s’unissent au sein de l’association La Voie des indés, en vue de valoriser les parutions d’éditeurs indépendants francophones à partir du mois de septembre dans les librairies, bibliothèques et sur internet.

Dans ce cadre, les deux protagonistes de la Voie des indés, j’ai nommé la charismatique et infernale Lucie Eple et le talentueux animateur des soirées de la petite édition Julien Delorme, ont décidé de porter la parole des textes dans un nouveau lieu : le Café Charbon, en partenariat avec Benoît Maume et le Nouveau Casino. Et comme dans toute idée folle, il faut un troisième larron, il paraît que je lis quelques textes avec eux ce dimanche 21 septembre à 17h.

Nous tenterons de vous faire découvrir ces livres dans un grand rire collectif…

Tous les détails ci-dessous, venez nous soutenir en masse ! Et c’est la librairie Texture qui vient vendre les livres.

Dès le mois de septembre, le Café Charbon s’associe au réseau social du livre, Libfly.com et lance le projet « A Voix Haute ».
Un dimanche par mois, vous pourrez désormais assister à une séance de lecture d’une heure sur la mezzanine, le tout en entrée libre !
La première édition se déroulera le dimanche 21 septembre à 17H00.
Non la littérature ce n’est pas chiant, c’est même marrant ! Nous vous le prouverons puisque c’est sur cette thématique que nous célébrerons la première du programme A Voix Haute. Les extraits choisis seront lus par Lucie Eple, Sophie Quetteville et Julien Delorme. La librairie Texture sera présente et proposera les livres à la vente.

Chaque séance présentera un échantillon éclectique au travers d’une thématique différente.
La dizaine de titres dont les extraits seront lus sera puisée majoritairement dans des catalogues d’éditeurs indépendants francophones. Les lecteurs pourront changer chaque mois, comme le libraire sollicité. Chaque séance sera enregistrée et retransmise sur Libfly.com.

LISTE DES LIVRES DONT SERONT TIRÉS LES EXTRAITS

– Journal d’Adam, journal d’Eve – Mark Twain – Editions de l’œil d’or
– Protégeons les hérissons – Olivier Bordaçarre – Editions Antidata
– On air – Manuel Vilas – Editions Passage du Nord-Ouest
– Aventures d’un romancier atonal – Alberto Laseica – Editions Attila
– Les groseilles de novembre – Andrus Kivirahk – Editions Le Tripode
– Zonzon pépète – André Baillon – Editions Cent pages
– Et puis ça fait bête d’être triste en maillot de bain – Amandine Dhée – Editions La Contre Allée
– Les Ficelles du pantin – Yak Rivais – Editions Attila
– United emmerdements of new order – Jean-Charles Masséra – POL
– L’autofictif prend un coach d’Eric Chevillard – Editions de l’Arbre vengeur

« A Voix haute se tient dans le cadre du festival La Voie des indés, exploration collective de l’édition indépendante francophone sur la toile et dans les lieux culturels »
Lien : http://www.libfly.com/la-voie-des-indes-a-vos-marques-billet-3654-951.html

EN SAVOIR PLUS SUR LIBFLY
Libfly.com est un réseau social francophone du livre en ligne, qui compte 30 000 passionnés de lecture. Sur Libfly vous pouvez : créer votre bibliothèque, classer vos lectures, vous renseigner sur les livres et leurs auteurs, découvrir les bibliothèques et librairies près de chez vous, rédiger des chroniques de lecture, prêter et emprunter des livres, recevoir des livres en échange de critiques, participer aux opérations de découverte de l’édition francophone, découvrir les chroniques des professionnels du livre et des journalistes, partager vos rencontres, discuter avec les autres passionnés sur les forums, découvrir nos vidéos exclusives, vivre en direct la vie littéraire sur Libfy.Tv

AGENDA :
12 Octobre : Lectures ROCK

CAFÉ CHARBON : http://www.nouveaucasino.net/univers/63
LIBFLY : http://www.libfly.com/

Pour plus de renseignement : info.cafecharbon@gmail.com

Pour prolonger un peu la journée, vous pourrez assister à l’une des deux séances du TOUT COURT SOUNDTRACK organisé avec le Festival International Du Court Métrage de Clermont-Ferrand. Event : https://www.facebook.com/events/329026180606890

INFOS PRATIQUES

ENTREE LIBRE

CAFE CHARBON
109 rue Oberkampf
75011 Paris
M° Parmentier ou Ménilmontant
01 43 57 57 40

FAN PAGE : https://www.facebook.com/cafe.charbon.oberkampf
SITE WEB : http://www.nouveaucasino.net/univers/63

Le Festival d’Ile-de-France démarre en cabaret !

artiste-olivier-py

Une fois n’est pas coutume, il ne sera pas question de livre ici mais de musique, de chansons, de spectacle. Et quel spectacle nous fut offert hier soir au Trianon pour le premier événement du Festival d’Ile-de-France.

Il fallait oser, oser le cabaret, oser les travestis, oser les fesses de la diva provoquante Joey Arias, oser la robe et les rondeurs de Baby Dee transexuelle new-yorkaise accompagnée de la voix rauque de Little Annie.

Mais ce n’est pas tant ce mélange des « genres » (oh le vilain mot paraît-il !) qui, nous public nous estomaqua, mais c’est bien le mélange et l’enchaînement des genres musicaux, des voix, des présences sur scène.

Commençant par un Olivier PY en sublime, drôle et touchante Miss Knife dans sa robe de paillettes, ses collants rouges et ses talons aiguilles, la magie nous amena une Little Annie (accompagné donc de Baby Dee) emplie de pop-rock new-yorkaise mais toujours avec cette légère ambiance cabaret.

Et bien sûr Joey Arias… déchaîné, provoquant, drôle, une voix hors du commun. La seule personne que je connaisse qui peut dévoiler son entrejambe en sussurant « pussy pussy pussy chaaaaaatte » et émettant des « piou piou » à mourir de rire sans même réussir à verser dans la vulgarité.

Et ce show un peu fou se terminait dans un style très brechtien avec le groupe londonien les Tiger Lillies et là encore la voix époustouflante de son chanteur Martyn Jacques ne pouvait qu’enchanter un public déjà sous le charme. Punk-rock-cabaret, avec des morceaux plus noirs que les artistes précédents, finissant ce moment dans la profondeur de la tristesse.

Et il faut le dire, Olivier PY en monsieur Loyal, en « bouche trous » comme il aime à le rappeler, revenant entre chaque groupe – le temps d’installation pour les techniciens – était déchaîné, furieusement infernal et c’est comme cela qu’on l’aime aussi !

Mettre autant de gens sur scène pour une soirée était peut-être un pari fou… mais alors pari réussi !

On souhaite alors une très belle édition 2014 au Festival d’Ile-de-France et merci pour ce moment de joie, de beauté et de grâce.

La programmation alléchante et super diversifiée du festival, c’est là (alors n’hésitez plus)

http://www.festival-idf.fr/accueil